Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 10:00

abolition--1-.jpgOn ne manquera pas de vous faire entendre, aujourd’hui et dans les jours qui viennent, des prostituées qui affirment, le cœur sur la main, qu’elles exercent leur « métier » librement, presque avec bonheur,  mais qui, comme Chloé ce matin sur France Inter, bafouillent quand on leur demande si elle a choisi librement et délibérément de devenir prostituée. On ne connaitra d’ailleurs pas la réponse à cette question pourtant essentielle.

Quoi qu’il en soit, toutes ces prostituées prétendument « volontaires » et non soumises à des proxénètes sont l’arbre qui cache la forêt de toutes celles et ceux qui subissent cette situation jusque dans leur chair et leur âme et que l’on n’entend jamais ou bien trop rarement.

Cette surmédiatisation des femmes prostituées prétendument « volontaires » masque aussi la réalité de la prostitution masculine, certes moins répandue mais la plupart du temps ignorée, sans doute en partie parce qu’elle renvoie notre société machiste et patriarcale à de profonds refoulements. Et pourtant, les prostitués masculins sont souvent de jeunes garçons, plus vulnérables donc : le client des prostitués masculins goûte particulièrement la « chair fraiche ».

Derrière leur discours généreux – agrémenté, pour faire bonne figure, d’une condamnation outragée contre le proxénétisme - des opposants à la pénalisation des clients, il n’y a rien d’autre qu’un conservatisme déplorable : surtout, ne changeons rien, puisque, comme vous le savez bien, on vous le dit et le répète, « c’est le plus vieux métier du monde ». Il n’y aurait donc rien à faire. On pourrait d’ailleurs s’étonner que les pères-et-mères-la-morale qui se sont opposés au mariage pour tous ne viennent pas soutenir cette loi qui défend la dignité humaine. Mais cela n’a rien d’étonnant : ce sont eux aussi des conservateurs.

humanite.jpgC’est l’honneur de la gauche de proposer la loi qui vient en débat au Parlement. Comme ce fut l’honneur des gaullistes Neuwirth et Veil d’autoriser la contraception pour l’un, l’avortement pour l’autre. Comme ce fut l’honneur de Badinter et Mitterrand d’abolir la peine de mort et de Taubira et Hollande d’accorder aux homosexuels le droit de se marier. Je suis fier d’être de cette France-là.

A lire aussi : Pénaliser les prosti-tueurs

PS : une fois n'est pas coutume, je salue la Une de L'Humanité de ce 27 novembre.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Martin Kalina 27/11/2013 22:20

Parlant de la loi que le gouvernement veut faire passer je la trouve ridicule!! dans touts les sens du terme!
C'est encore une fois ni fait ni a faire! On ne sais pas prendre une position clair dans ce pays?? ou c'est oui et alors on va sanctionner les prostitués comme les clients et ca lourdement!! (donc
interdiction absolu!) ou bien c'est, on est d'accord et dans ce cas on règlement le "métier"! Cette loi crée encore plus de polémique dans une situation déjà assez compliqué et je me demande
pourquoi? moi je pense que la législation elle même veut se laisser une petite porte arrière ouverte au cas ou si ils auraient besoin un petit service pareil dans l'avenir.
Pour moi la seule solution est l'interdiction totale ou autorisation réglementé cad "Maisons close"
Encore une fois OUI ou NON mais pas PEUT ETRE!!!!!!

J M 27/11/2013 22:19

bien sur , le propos est comme toujours intéressant et bien argumenté.
mais cette fois , je suis plus mesure sur cette décision . en effet , il faut que chacun soit libre de son corps et en finir avec les trafics humains qui mettent ces femmes dans la prostitution .
la dessus pas de problème, mais interdire et culpabilise le client, qui , c est vrai , fait un acte de total irrespect de la femme ne risque t il pas de transformer certains clients en violeurs .
Car au aucune loi ne peut changer la nature animale qui est en nous ,plus ou moins prononcé selon les personnes et qui engendre un besoin d acte sexuel . Alors je ne crois pas que l interdiction
change quoi que ce soit mais pousse encore plus la prostitution dans le glauque des endroits sombres et caches . Il me semble que l'encadrement et donc le contrôle des métiers du sexe serait plus
sain et plus sécurisant pour les femmes et bien sur désormais les hommes qui vivent de ce plus métiers du monde .
Les interdits et les sanctions conduisent souvent au pratiques parallèles et mafieuses et dans le domaine concerne , on peut être sur que cela ne manquera pas . Alors je préfère que l on sache ou
cela se passe et dans des conditions d hygiène et de sécurité satisfaisante que de savoir que des pulsions naturels que certains n arrivent pas a contrôler transforment ces clients en violeurs
.
Amitiés

Pascal Martineau 29/11/2013 10:12

C'est ce qui nous différencie : pour moi, louer le corps d'un autre est aussi ignoble que l'inceste ou la pédophilie. Cela détruit autant le corps et le psychisme de ceux qui subissent ces agressions. L'argument de l'ancienneté ne tient pas : pédophilie et inceste devaient exister chez les hommes préhistoriques. C'est donc au moins aussi vieux que la prostitution. La pénalisation des clients n'éradiquerait pas la prostitution, pas plus que l'interdiction de la pédophilie ou de l'inceste n'empêche à certains pédophiles ou à des pères incestueux de commettre leurs forfaits. Mais en posant un interdit de ce type, ça ferait sans doute baisser la prostitution, ceux des clients faisant encore la distinction entre le bien et le mal hésiteraient à faire quelque chose de mal et de condamné par la société qui doit protéger les faibles. Car en plus cette pénalisation permettrait de reconnaître les prostitués et prostitués comme des victimes, ce qu'ils et elles sont dans leur grande majorité. La prostitution n'est pas une fatalité. Elle est un crime contre l'humanité !

Jm 28/11/2013 22:11

Ta réponse Est juste et correspond à mal vision du respect humain, mais la prostitution n est pas pour moi au même,niveau que la pédophilie, inceste etc..
C est une longue histoire la prostitution, et pour moi si cela est bien sur condamnable d acheter le corps d un autre , souvent soumis , je ne vois pas avec quel moyen de contrôle nous sommes capable de l'interdire . Il,existera toujours des endroits glauques et caches pour cela . Alors je suis assez t'entendre rejoindre le propos de Martin et de dire, oui on l'accepte mais on l'encadré et l on sait ou cela se passe et dans quel condition. cela s appelé des maisons clauses, et revenir a cela comme en Belgique me paraît la meilleur solution et bien plus sécurisant que de savoir que des affames de sexe rodent et vont tôt ou tard basculer vers le viol .

Pascal Martineau 27/11/2013 22:25

"Car au aucune loi ne peut changer la nature animale qui est en nous" : il y a bien des lois qui interdisent le viol, le meurtre, l'inceste, la pédophilie, les attouchements sur mineur, etc. Faudrait-il ne pas les interdire en raison de ces mêmes - et indéniables - pulsions animales ? Une société évoluée et un Etat de droit sont là pour poser des interdits, définir des lignes jaunes. Pour ma part, je considère que notre société doit poser la location du corps d'un être humain pour du plaisir sexuel comme un interdit, comme quelque chose de mal. Les lois servent à protéger la liberté, la dignité et l'intégrité des êtres humains. Quand bien même ce commerce concernerait deux adultes consentants. Mais, faut-il le rappeler, la grande majorité des prostitués et prostituées sont sous la coupe de proxénètes sans scrupules. Quant aux autres, dits libres, combien ont sciemment et librement choisi ce métier ? Après tout, on interdit bien la vente de produits sanguins et d'organes. Et un jour, on a bien interdit le travail des enfants ou l'esclavage contre vents et marées, contre des groupes influents qui utilisaient, pour défendre ces pratiques contre-nature, d'arguments aussi fallacieux que ceux qu'avancent les plus ardent défenseurs du statu quo.

Profil

  • Pascal Martineau
  • Journaliste de métier, assistant parlementaire, écrivain public, j'aime les mots.
  • Journaliste de métier, assistant parlementaire, écrivain public, j'aime les mots.

logo ecrivain 

Découvrez mon activité d'écrivain public agréé

 

Président de  l'Academie des écrivains publics de France

Recherche

Le temps qui passe

Archives

Faites connaître mon blog

J'invite les lecteurs occasionnels ou réguliers qui ne sont pas encore abonnés à le faire ("Recevoir des alertes" ci-dessous). Vous serez ainsi automatiquement informés de la publication d'un nouvel article. Le désabonnement est aussi simple que l'abonnement.

J'invite celles et ceux qui sont déjà abonnés - et je les en remercie par avance - à faire connaître mon blog en utilisant le module "recommander ce blog" ci-dessous.