Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 10:00

sarkozy-plantu.JPG« La vérité ? c’est que Nicolas Sarkozy cultive l’impopularité des juges pour mieux imposer sa justice populaire ». Avec l’une de ces petites phrases assassines dont il a le secret et qui font le bonheur des revues de presse, Jacques Camus, l’éditorialiste de La République du Centre, résume parfaitement l’idéologie qui anime le président de la République lorsqu’il s’acharne sur les juges. Les réactions postées sur le blog du quotidien régional montent d’ailleurs, et malheureusement, que ces attaques répétées trouvent un écho dans la France profonde. « Nicolas Sarkozy joue l’opinion publique contre les juges » résumait à sa manière le député socialiste André Vallini ce mercredi 9 février sur France Inter.
Toujours sur la radio de service public – la bien nommée – Thomas Legrand, dans sa chronique du 8 février, rappelle le « discours d’Epinal » du chef de l’Etat, en juillet 2007 : « Le Président fraîchement élu y détaillait la réforme institutionnelle qu’il souhaitait. A l’époque, on n’a retenu que les nouveautés proposées et on n’a pas bien lu le reste du discours qui donne sa conception de l’Etat et du pouvoir. Tout est dit. Je cite : "Si l'Etat en France doit obéir à la séparation des pouvoirs, il ne saurait être divisé en pouvoirs rivaux qui se combattent, qui s'affrontent, qui s'affaiblissent l'un l'autre comme c'est le cas dans les Etats fédéraux" ».
Il y aura désormais, pour venir renforcer cette bataille rangée contre les valeurs de notre République, « le discours d’Orléans ». Notre ville, déjà largement étiquetée « sécuritaire » en raison de la politique outrancière du maire d’Orléans et de son adjoint à la sécurité, ne saurait sortir grandie d’une telle popularité.
sarko-orleans.jpgA propos de la diatribe vosgienne de Nicolas Sarkozy, Thomas Legrand explique encore : « Ce discours théorise même le nécessaire affaiblissement des corps intermédiaires qui entraverait le lien entre l’exécutif et le peuple. On comprend mieux, en relisant ce texte le rapport du président aux juges… mais aussi, aux médias ou à tout ce qui pourrait ressembler de près ou de loin à un contre-pouvoir, institutionnel ou non. En gros l’exécutif est le cœur du pouvoir, le législatif est au service de l’exécutif et le judiciaire à ses ordres. »
C’est bien là le cœur du problème. La droite conservatrice, Sarkozy en tête, n’aime ni les contrepouvoirs ni les corps intermédiaires. On l’a bien vu ici même à Orléans quand, dans une parodie de démocratie directe, le maire d’Orléans dénigre et fustige à coup de grandes messes populistes les associations et leurs présidents. Ou encore quand, dans les écoles primaires et maternelles, la municipalité tente de s’affranchir des associations de parents d’élèves en désignant des parents référents non encartés.
On l’a souvent répété et assené sur ce blog : Nicolas Sarkozy, dans son « coup d’Etat permanent » contre la séparation des pouvoirs, met gravement en cause notre démocratie. La révolte sans précédent des juges est un signal d’alarme qui doit nous alerter de toute urgence. Ne serait-ce que parce que, dans l’ombre, sans dire un mot, Marine Le Pen compte les points.

Dédicace spéciale à Tom, de Bordeaux, lecteur fidèle parmi d’autres.

Lire aussi (en autres)

>> Déchéance constitutionnelle

>> Sarkozy en "tonton flingueur" du Défenseur des enfants

>> Attention police

>> La confusion des pouvoirs

>> Fillon IV : la confusion des pouvoirs

Et à propos d'Orléans

>> Main basse sur les régies

>> Orléans dilue le contre-pouvoir citoyen

>> Orléans, la démocratie en creux

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Profil

  • Pascal Martineau
  • Journaliste de métier, assistant parlementaire, écrivain public, j'aime les mots.
  • Journaliste de métier, assistant parlementaire, écrivain public, j'aime les mots.

logo ecrivain 

Découvrez mon activité d'écrivain public agréé

 

Président de  l'Academie des écrivains publics de France

Recherche

Le temps qui passe

Archives

Faites connaître mon blog

J'invite les lecteurs occasionnels ou réguliers qui ne sont pas encore abonnés à le faire ("Recevoir des alertes" ci-dessous). Vous serez ainsi automatiquement informés de la publication d'un nouvel article. Le désabonnement est aussi simple que l'abonnement.

J'invite celles et ceux qui sont déjà abonnés - et je les en remercie par avance - à faire connaître mon blog en utilisant le module "recommander ce blog" ci-dessous.