Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 15:47

sauvons-rased-L-1.jpegPetit à petit, le gouvernement Sarkozy-Fillon démantèle notre système éducatif. Dans un conseil de classe du collège Jeanne d'Arc où je siégeais récemment en tant que représentant FCPE des parents d'élèves, on nous apprit qu'un élève en grande difficulté (échec scolaire très important malgré - suite – à deux redoublements) allait revenir dans l'établissement la semaine suivante, parce que la classe relais où il était accueilli avait été contrainte de cesser ses activités. Faute de moyen. Le ministère de l'Education nationale a coupé les vivres à cette structure chargée de prendre en charge pendant un moment, des jeunes qui décrochent.
Cette décision est d'abord grave pour le jeune lui-même et tous ceux qui peuvent avoir besoin de classe relais. Elle le contraint à retourner dans un cadre où, c'est le moins qu'on puisse dire, il a du mal à trouver sa place.
De surcroit, cette situation favorise des comportements qui dérangent les autres élèves de la classe. Si les collégiens les plus doués sont au pire agacés par le perturbateur, ceux qui peinent mais s'accrochent sont plus que dérangés dans leurs études et leur concentration. Une fois de plus, le « système » se moque de voir décrocher des jeunes qui, avec un peu d’attention, pourraient réussir à l’école, pourvu qu’il continue à générer une élite qui, dans sa majorité, saura reproduire ledit système.

RASED. La même logique pernicieuse est à l’œuvre avec le démantèlement des réseaux d’aides spécialisées aux enfants en difficultés (RASED). Composé d’enseignants spécialisés et de psychologues scolaires, ils pouvaient, sans passer part une lourde machine administrative, donner, à un moment donné, un coup de pouce salutaire à un enfant qui menaçait de décrocher.
Elle est encore ce qui motive, au-delà des restrictions budgétaires, la suppression, petit à petit, des classes qui accueillaient les enfants dès l’âge de deux ans. On sait pourtant le rôle essentiel que peut jouer cette scolarisation précoce pour des élèves issus de familles non francophones ou dont le niveau de culture est très faible.
Pour les ultras libéraux qui ont fait main basse sur l’Etat, l’école doit être à l’image de leur idéal de société : la seule loi qui vaille est celle de la loi de la jungle et de la sélection par l’argent.
Les dictateurs, quand ils prennent le pouvoir ont en général deux priorités : s’attaquer à l’éducation et à la culture.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bruno B. 06/04/2011 14:57


Que dire des équipes de vie scolaire qui paient aussi un lourd tribu aux réductions budgétaires. Moins de surveillants, c'est encore moins de projets pour faire des établissements des lieux
paisibles. Et quand la violence et les incivilités se multiplient, on parle d'implanter des policiers dans les écoles.


Profil

  • Pascal Martineau
  • Journaliste de métier, assistant parlementaire, écrivain public, j'aime les mots.
  • Journaliste de métier, assistant parlementaire, écrivain public, j'aime les mots.

logo ecrivain 

Découvrez mon activité d'écrivain public agréé

 

Président de  l'Academie des écrivains publics de France

Recherche

Le temps qui passe

Archives

Faites connaître mon blog

J'invite les lecteurs occasionnels ou réguliers qui ne sont pas encore abonnés à le faire ("Recevoir des alertes" ci-dessous). Vous serez ainsi automatiquement informés de la publication d'un nouvel article. Le désabonnement est aussi simple que l'abonnement.

J'invite celles et ceux qui sont déjà abonnés - et je les en remercie par avance - à faire connaître mon blog en utilisant le module "recommander ce blog" ci-dessous.