Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 15:54

fn.jpgA l’instar de Nicolas Sarkozy fustigeant, en substance, « ces élites qui râlent tout le temps », Serge Grouard nous a, à son tour, gratifié de son couplet poujadiste. Invité lundi 21 mars des « Grandes Gueules » de RMC, il a répondu par l’invective, l’arrogance et le dédain aux questions trop embarrassantes qui lui étaient posées (lire La République du Centre du 22 mars). Les habitués du conseil municipal d’Orléans ne seront pas étonnés d’un tel trait de caractère. Il n’est pas rare, en effet, que le député-maire use et abuse d’un tel ton vexatoire. L’insulte est ce le dernier argument quand on a épuisé tous les autres. Surtout quand il s’agit de justifier l’injustifiable : refuser de faire barrage au Front national lors du second tour des élections cantonales dimanche 27 mars. Et il ne suffit pas de s’autoproclamer « gaulliste » pour prouver sa virginité.
Serge Grouard a oublié que ces socialistes dont « la manière de faire [l’]exaspère » ont, en 2002, voté comme un seul homme contre Jean-Marie Le Pen et pour Jacques Chirac. Mais nous n’avons sans doute pas la même conception de la République. Alors oui, M. Grouard, ne vous en déplaise, se dire républicain et mettre au même niveau le PS et le FN, c’est honteux ; c’est lamentable, pour reprendre un mot que vous affectionnez. Humanistes et républicains de droite, réveillez-vous !
Il n’est pas question de piège de la gauche ou de je ne sais quel manigance politicienne. Il s’agit d’une question de principe, de valeurs fondamentales. Quand, en 2002, président d’un bureau de vote à Orléans, j’ai vu arriver les premier résultats du premier tour de l’élection présidentielle, ma toute première réflexion de militant démocrate a été de me dire, sans en avoir parlé à quiconque et dans le feu de l’action, spontanément : « Dans deux semaines, je vote Chirac ». Il n’y avait là aucun calcul, aucune arrière-pensée. Juste un réflexe républicain. Alors oui, honte à toutes et celles et ceux qui bottent en touche face à un choix politique aussi fondamental. En refusant de choisir, ils laissent penser, en actes, que le Front national serait un parti comme les autres. En s’abstenant, ils affaiblissent un peu plus notre démocratie déjà fortement ébranlée par les incessants coups de boutoirs que lui porte Nicolas Sarkozy.

Partager cet article

Repost 0
Pascal Martineau - dans Orléans
commenter cet article

commentaires

Miguel 24/03/2011 09:40


En n'appelant pas à faire barrage au FN, Serge Grouard ménage aussi les électeurs du FN...

Pour les cantons d'Orléans, seul un report massif de voix du FN peut faire gagner son camp. Il y a là un calcul assez facile à comprendre et une attitude qui, pour le coup, ne semble absolument pas
gaulliste.


Profil

  • Pascal Martineau
  • Journaliste de métier, assistant parlementaire, écrivain public, j'aime les mots.
  • Journaliste de métier, assistant parlementaire, écrivain public, j'aime les mots.

logo ecrivain 

Découvrez mon activité d'écrivain public agréé

 

Président de  l'Academie des écrivains publics de France

Recherche

Le temps qui passe

Archives

Faites connaître mon blog

J'invite les lecteurs occasionnels ou réguliers qui ne sont pas encore abonnés à le faire ("Recevoir des alertes" ci-dessous). Vous serez ainsi automatiquement informés de la publication d'un nouvel article. Le désabonnement est aussi simple que l'abonnement.

J'invite celles et ceux qui sont déjà abonnés - et je les en remercie par avance - à faire connaître mon blog en utilisant le module "recommander ce blog" ci-dessous.