Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 18:05

 

college-boy.jpgA l’heure où une vague homophobe déferle sur la France, le clip vidéo « Collège boy », du mythique groupe Indochine, ne pouvait pas mieux tomber. Ecrit et réalisé par le talentueux Xavier Dolan, ce court-métrage rappelle une réalité crue : l’homophobie tue.

De bonnes âmes, jouant parfois les vierges effarouchées, se sont dites choquées de la violence de ce clip, où l’on voit un jeune lycéen, harcelé par ses camarades de classe, se faire uriner dessus puis finalement crucifier et tuer à balles réelles.

Prenons un peu de recul.

Tout d’abord, nous sommes là dans une fiction, une allégorie, et non un reportage. C'est de l'art. Et la fiction dit souvent les choses aussi bien que le documentaire. Comme en témoigne cette formidable "trouvaille" des yeux bandés, paraboles de tous ces « moutons » qui suivent aveuglément ceux qui crient au loup.

Ensuite, si le harcèlement ne va pas en général jusqu'au meurtre (mais parfois, quand même, jusqu’au viol* qui est un crime), il provoque souvent le suicide. Xavier Dolan aurait pu se « contenter » d’évoquer un suicide, voire de le montrer. Mais c’était ne pas regarder la réalité en face. Car cet assassinat symbolique témoigne à la fois de la cruauté de ce harcèlement et dénonce les vrais coupables. Dans un suicide, le seul « coupable » avéré est celui-là même qui s’est donné la mort. Trop facile.

homophobie4.jpgEn outre, l’action se déroule visiblement dans un lycée catholique (on voit d’ailleurs un rideau – celui du bureau du directeur ? - retomber furtivement à une fenêtre une fois le crime commis). On peut ainsi imaginer que le clip renvoie à l’hypocrisie de l’Eglise qui condamne l’homosexualité, mais a longtemps couvert des prêtres pédophiles, les établissements catholiques étant parfois le lieu de ces crimes, comme en témoigne le film récemment diffusé sur France 2,  Le silence des églises, et adapté de faits réels. Un évêque belge, André-Joseph Léonard ne vient-il pas de déclarer que traduire systématiquement tous les prêtres coupables de faits de pédophilie en justice s'assimile à un acte de vengeance. N'est-ce pas aussi choquant et insupportable ?. Ai-je entendu un seul évêque français condamner ses propos ? Aucun ! Violer un enfant, c’est le crucifier. 

Enfin, notre téléréalité de caniveau montre aujourd’hui des images bien plus choquantes et toujours plus indécentes (cf. « Confessions intimes » par exemple), sans aucun talent pour le coup et même de manière très vulgaire et voyeuriste. Rien de tout cela dans les superbes images de Xavier Dolan.

Le groupe Indochine et Xavier Dolan ont le mérite, outre de répondre aux textes homophobes de Section d’assaut, de donner un coup de projecteur sur le drame quotidien encore subi par des dizaines et des dizaines de collégiens et lycéens gays, contraints de cacher leur homosexualité par peur des conséquences si cela se savait, ou de subir, lorsqu’elle est connue, parfois dans l’indifférence générale, les sarcasmes et les violences de jeunes homophobes, avec parfois, oui et encore oui : la mort. Le suicide d’un jeune gay harcelé est une forme d’autocrucifixion.

* Il faut d’ailleurs s'interroger sur le sens d’un tel acte et sur la force du refoulement de l’homosexualité qui conduit un homophobe à punir un homosexuel en commettant lui-même un acte homosexuel. L’homophobe homosexuel refoulé tente de détruire une image de lui-même qui le dégoûte ou lui fait peur.

>> Lire la lettre ouverte de Xavier Dolan à Françoise Laborde, du CSA, qui en appelle à la censure du clip.

Voir le clip

Partager cet article

Repost 0
Pascal Martineau - dans Culture
commenter cet article

commentaires

Fansolo 13/05/2013 18:42

interdire ce clip serait une ineptie et un contresens total : il faut au contraire le montrer mais pas seul : en accompagnement d'une discussion éclairée sur l'homophobie (comme vous le faites
d'ailleurs fort bien sur votre blog). Il doit susciter le débat pédagogique, pas le museler.
La position du CSA (menaçant a priori les télés qui seraient tentées de le diffuser) est un non-sens qui ferme encore un peu plus la télé à l'évolution de la société.
Qu'il faille en revanche un accompagnement, une diffusion peut-être tardive avec plusieurs précautions, c'est certain.
Mais l'interdire, quelle erreur !

D'ailleurs une autre image du clip invite à la réflexion : des enfants aux yeux bandés filment la scène de meurtre sur leurs portables. Voir sans percevoir... Voyeur sans conscience ? Et finalement
ne pas voir. Ce que fait notre société ?

J m 04/05/2013 21:16

Merci pour le pertinence de ton blog, et pour collège boys, moi aussi j apprécie la denontiation des dérives actuelles qui montrent que les horreurs que l on croient derrière nous ne sont pas si
loin et peuvent ressurgir à tout moment.
Il y a moins de monde à rappeler le souvenir d ouradour sur glane que de cons à espère un avenir meilleur avec les extrême qu' agitent le racisme et l homophobie pour soir disant ramener notre pays
a ses valeurs .
Famille, valeur , patrie .... Il faut se souvenir à quoi cela a mener nos grands parents .

Profil

  • Pascal Martineau
  • Journaliste de métier, assistant parlementaire, écrivain public, j'aime les mots.
  • Journaliste de métier, assistant parlementaire, écrivain public, j'aime les mots.

logo ecrivain 

Découvrez mon activité d'écrivain public agréé

 

Président de  l'Academie des écrivains publics de France

Recherche

Le temps qui passe

Archives

Faites connaître mon blog

J'invite les lecteurs occasionnels ou réguliers qui ne sont pas encore abonnés à le faire ("Recevoir des alertes" ci-dessous). Vous serez ainsi automatiquement informés de la publication d'un nouvel article. Le désabonnement est aussi simple que l'abonnement.

J'invite celles et ceux qui sont déjà abonnés - et je les en remercie par avance - à faire connaître mon blog en utilisant le module "recommander ce blog" ci-dessous.